Eternel univers

Face à l'obscurité, devrais-je être effrayée ?

Fascinée, par l'immensité de mon plus grand intérêt.

Comme en transe, plus rien d'autre n'a d'importance.

Mes yeux plongés, dans la profondeur de ce ciel enténébré.

Plus rien d'autre autour de mon enveloppe humaine... qu'une peine.

Des œillères, pour ne voir ni côté ni arrière.

Espérant en un premier point... mieux distinguer ce qui se trouve au loin.

Là ma simple imagination, me montre la plus parfaite des fictions.

Quel espoir, cet inconnu que je me tue à promouvoir,

Comment ne pas se fasciner... d'une telle étrangeté ?

Si l'équilibre persiste, monts et merveilles existent.

Peut-être nourrit-il, cet équilibre... ma soif de découvrir mon Éden infantile ?

25 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Illusion