top of page

Soupir divin

Nous étouffe le souffle chaud du géant désespéré.

Par cause, sa création ratée...

En cette ville désertée,

Virevoltent feuilles et déchets

Que les cobayes ont jetés.

Par ce vent surchauffé,

Rien ne cesse de bouger.

Pourtant règnent calme et sérénité

Sur cette place désanimée.

Le temps semble figé...


Un grand décrassage,

Balayage du renouveau.


38 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Cycle S.

Comentarios


posts
bottom of page