Noire solitude

Dernière mise à jour : 15 janv.


S'évader et s'isoler à la recherche d'un repos inaccessible, difficile démarche.


Force invisible, onde néfaste et résistante qui submerge le cœur et l'oppresse. S'y associent des pensées vastes troublantes et funestes, le coeur se meurt... Rien d'accessible derrière ce sombre voile, pas même l'air pur.


Jamais ne s'est empli ce coeur solitaire. Affronte, sa vie durant, l'obscurité qui toujours lui fait face. Ne s'en doute t-il pas encore, déjà s'est-elle emparée de lui...


De cette nuit, l'être corrompu s'aperçoit mais... Trop tard. Éternelle solitude, d'elle, jamais ne se sauvera. Pas même ne l'aidera celui qui embrasse sa vision de vie, dont le cœur noir de tristesse infinie le rejoint.


Son âme toutefois jamais ne sera son égal. Apports de noirceur en tout cas diffèrent. Couleur à nuances abondantes, incompréhension des variantes. Divisent les semblables alors condamnés à garder distance.


Non pas banals fruits noircis, discrets caméléons. Dans ce couple, le moins obscur s'assombrit de la profonde noirceur de l'autre qui s'en dégage. Malencontreuse cohésion à l'esprit de balance qui cherche l'équilibre. Avantage pour l'un d'eux.


Mais chacun, incomplet sans le partage d'un même combat. Le guignard reste. En position de force, l'autre ne s'élève que piètrement, son néant demeure. L'un éconduira le second.


Or, se lier à un être au coeur affranchi... Jamais ne sera bonne solution. Incompris, qu'importe les rires retentissants, l'ampleur de l'amour qui lui est porté. Écoeurante lui est la joie de vivre déroutante !


Mieux vaut pleurer à deux que sourire en façade. Aucun choix n'est serein ni libérateur. Constatant l'infime chance de trouver son égal, la route pleine de zigzags s'effondre sous leurs pieds.


30 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Emprise